Implémenter la spécification S1000D en lien avec les équipements

La spécification S1000D

La spécification S1000D est l’une des spécifications les plus utilisées par les industriels parmi les standards ASD (AeroSpace and Defence Industries Association of Europe). Plus complexe que DITA, cette spécification pour la production de documentations techniques liées à la maintenance des systèmes complexes (défense, aéronautique, spatial, machines spéciales…) permet d’organiser les informations de manière modulaire et de réutiliser les modules de données sans nécessiter de dupliquer l’information.

Cette spécification est adaptée aux programmes complexes très structurés et avec un long cycle de vie. Les systèmes militaires et aérospatiaux qui requièrent une gestion de multiples configurations sont particulièrement visés.

La spécification S1000D permet de réduire les coûts liés à la gestion de la documentation et des publications, d’avoir une organisation plus économique pour le soutien logistique et d’améliorer l’interopérabilité entre les systèmes d’informations par la définition de règles communes pour tous les intervenants (internes, partenaires…).

L’information des documents est segmentée et stockée dans des modules de données structurés qui font partie d’une structure XML hiérarchique. L’approche modulaire permet de créer des publications au moyen de Data Module (DM) stockés dans une base de données source commune et utilisés plusieurs fois.

Pourquoi intégrer la spécification S1000D au sein de la gestion de configuration des équipements

De plus en plus d’industriels utilisent cette spécification, et il est donc important de pouvoir l’interconnecter avec l’application de gestion de configurations des équipements pour gagner en efficacité dans la gestion des systèmes.

Ainsi, pour accompagner les industriels et exploitants de systèmes complexes, Lascom mène une réflexion concrète sur l’intégration entre son application de PLM et la spécification S1000D.

En effet, les manuels techniques et la documentation relative aux équipements, au format S1000D, doivent être stockés, mais il faut avant tout pouvoir exploiter et traiter la masse d’informations qu’ils représentent. C’est-à-dire gérer et intégrer l’intelligence contenue dans ces fichiers en liant la composition du fichier XML et la composition de l’équipement. Chaque module pouvant correspondre à un élément de la configuration de l’équipement.

Intégrer la spécification S1000D au sein de la gestion de configuration des équipements augmente la valeur des documents répondant à ces exigences. Cette démarche renforce l’intérêt de la gestion de configuration des équipements en proposant une vision globale, au sein d’une même application de référence, de toutes les données, documents et informations liés aux équipements.

Comment intégrer la spécification S1000D au sein de la gestion de configuration des équipements

L’approche proposée par Lascom pour lier la documentation S1000D à la gestion de configuration des équipements repose sur les axes suivants :

  • Créer automatiquement la configuration du document à partir de l’import du fichier XML et déchiffrer le fichier DDN (Data Dispatch Note) pour en extraire les informations nécessaires. La configuration complète du document (contenant et contenu) est ainsi générée.
  • Lier automatiquement les différents modules aux articles de l’équipement correspondant (du niveau 0 au niveau le plus profond de la configuration de l’équipement et du document), en analysant les métadonnées du fichier S1000D importé.
  • Exporter les configurations documentaires stockées dans l’application PLM sous format XML S1000D, et cela depuis n’importe quel niveau de la configuration.
  • Proposer un visualiseur ergonomique pour les fichiers XML
  • Gérer les applicabilités et les effectivités définies dans le fichier XML pour ne montrer que le contenu applicable pour chaque élément, selon ses caractéristiques propres.

La spécification S1000D évolue avec des versions successives. L’évolutivité de l’application de gestion de configuration utilisée est donc essentielle pour garantir la pérennité de la solution.

Etudes de cas

  • Microturbo : un référentiel de données techniques pour l'ensemble de l'entreprise
  • PSA : Traçabilité totale de l'électronique embarquée
  • PARKEON gagne 10% en productivité en collaborant mieux
  • ARIANESPACE ne travaille pas dans la précipitation
  • SIMMT : Maitrise et disponibilité d'un référentiel technique documentaire
  • Expro : Rationnaliser les processus
  • NACMA Agence de l'OTAN
  • Gestion de la documentation du système qualité et certification ISO 9001
  • ATR fait décoller la productivité de son SAV

Nos offres

Découvrez nos solutions métiers pour votre secteur d’activité :

Voir toutes les offres