Concevoir, intégrer et maintenir des systèmes et produits complexes

De plus en plus de produits et de systèmes rassemblent des sous-ensembles mécaniques, électroniques, informatiques… conçus, exploités et maintenus par des acteurs différents : constructeurs, ensembliers, sociétés de transport, sous-traitants, sociétés de maintenance… Gérer ces systèmes complexes tout au long de leur vie suppose une vision unifiée, partagée et consolidée de l’ensemble de ses composants par l’ensemble des acteurs.

Dans cette optique, la représentation d’un système doit permettre de connaître sa configuration globale et détaillée ainsi que toutes les informations associées, aussi bien descriptives et techniques que relatives à sa vie : documentation applicable, faits techniques, évolutions, compatibilité, etc.

Par exemple, en cas de défaillance répétée ou critique, la configuration du système va permettre de déterminer les impacts et, au besoin, caractériser une demande de modification qui pourra être transmise au concepteur. L’évolution technique qui en découlera sera portée sur la représentation du système, puis transmise aux exploitants ou mainteneurs qui pourront déclencher des opérations de mise à niveau systématique ou des opérations qui seront réalisées au fur et à mesure des visites de maintenance.

 

L’importance de la collaboration multi-acteurs dans le cycle de vie des produits complexes

Une collaboration structurée entre les différents intervenants est donc essentielle. Il est alors nécessaire de maîtriser les différents processus qui permettent d’assurer le partage et l’échange des données.

Répondre à ces enjeux est un challenge important et indispensable pour les entreprises concernées, qui suppose de disposer d’une solution de gestion des représentations des systèmes complexes et des outils pour partager ces informations et pour maîtriser les processus associés à leurs évolutions.

 

Les composantes majeures des solutions PLM pour le cycle de vie des produits complexes

Les composantes principales de la solution PLM doivent donc être conçues pour gérer et assurer le suivi et l’échange des données critiques entre les différents partenaires associés aux produits et systèmes complexes. La solution peurt alors être déployée aussi bien par des entreprises pour la gestion des produits (Ingénierie de conception) que pour la gestion de systèmes complexes et critiques (Intégration et MCO – Maintien en conditions opérationnelles).

 

Les fonctionnalités clés pour la gestion des systèmes complexes

Les fonctionnalités peuvent être décrites en quatre volets :

  • La gestion des configurations et du référentiel technique permet de gérer l’ensemble des données de natures diverses et spécifiques à chaque activité. Le moteur de gestion des configurations permet de construire une structure multi arborescente avec des liens entre les différents objets. L’ensemble permet de décrire et de gérer des systèmes, des articles, des nomenclatures, des documents, des plans, des modèles, des logiciels… La solution PLM doit aussi permettre de gérer les données complémentaires telles que des faits techniques, des retrofits, des plans d’actions… qui peuvent s’avérer cruciales pour la réussite des projets. Le client dispose ainsi d’une vision complète de l’environnement de son produit ou de son système. Des fonctions de cas d’emploi pour réaliser des analyses d’impact, de gestion des configurations dans leurs états multiples : définie, livrée, appliquée, maintenue…., de traçabilité de toute modification de données, de comparaison ligne à ligne de deux configurations etc. complètent le référentiel technique proprement dit.
  • La gestion d’un référentiel de documents permet de construire un dossier documentaire autour de chaque système ou produit (manuels d’installation, spécifications…) et de générer des documents à partir des données gérées dans le référentiel technique. Les documents sont pris en charge depuis leur création jusque leur archivage en intégrant toutes les contraintes de version. Des fonctions de validation et diffusion sont également proposées. Conçu sur le même principe que le référentiel technique d’un schéma arborescent, il est possible de construire une configuration documentaire et de la relier au référentiel technique. Ainsi un document pourra être associé d’un point de vue logique à une action, une non conformité, un système ou un sous-système etc.
  • La gestion des processus permet de modéliser et d’exécuter les processus tels que la validation et la diffusion de documents, la gestion et le traitement des ordres de modifications, des Non Conformités, des actions etc. Ces processus sont modélisés dans un outil graphique.
  • La construction de rapports et tableaux de bord pour synthétiser l’activité, mesurer les performances etc. au travers de la construction de rapports personnalisés, la construction d’indicateurs … Un lien fort est nécessaire avec les outils bureautiques et notamment Excel pour bénéficier de la flexibilité de l’outil tout en automatisant et maîtrisant l’import-export des données.